Handicap

L’Esat pourrait traiter 1,1 t de linge

L’Esat pourrait traiter 1,1 t de linge

02 Juillet 2018
Depuis trois semaines, une activité de blanchisserie industrielle fonctionne dans l'Établissement et service d'aide par le travail (Esat) de Metz-Nord avec 34 travailleurs handicapés. À la fin de l'année, un pressing devrait ouvrir ses portes.

Ce matin, Laure travaille dans la partie finition de la blanchisserie. Elle récupère les serviettes de table qui ont été lavées et séchées, et les dépose dans une calandre pour qu'elles soient repassées. Son travail se poursuit avec le pliage du linge. « J'avais envie de travailler ici parce qu'on fait un peu de tout », explique la jeune femme qui, auparavant, faisait de la mise sous pli à l'Esat (Établissement et service d'aide par le travail) de Blory, à Montigny-lès-Metz. « J'ai essayé la restauration, mais ça ne me plaisait pas. Plus tard, j'aimerais faire du pressing », confie-t-elle d'un large sourire.
 
Passer de 300 kg à 1,1 tonne
Depuis décembre, les trois Esat de Montigny-lès-Metz ont été regroupés sur un seul et même site, totalement neuf, situé rue Teilhard-de-Chardin, à Metz-Nord. Le déménagement a été l'occasion de repenser le panel d'activités proposées aux 220 travailleurs handicapés et, notamment, de monter une activité de blanchisserie industrielle.

Il y a trois semaines, l'activité, à laquelle a été associé l'atelier de couture industrielle, a pu démarrer avec 34 travailleurs handicapés encadrés par deux moniteurs d'atelier et une monitrice principale. « On traite environ 300 kg de linge par jour, mais notre objectif, demain, est de parvenir à 1,1 tonne », prévoit David Mazuy, chef de service en production.

 
Nouveau partenariat avec la gare de triage de Woippy
Équipée de deux machines traversantes à double tambour, de trois séchoirs et d'une calandre, la blanchisserie gère, dans l'immédiat, ses propres vêtements professionnels, mais compte bien développer sa clientèle. Une démarche de contrôle des risques de contamination biologique du linge, dite méthode RABC, a même été initiée. « Nous travaillons déjà avec Le Jardin des Chefs et L'Académie des chefs, à Metz, pour leurs nappes et leurs serviettes et, depuis une semaine, avec la SNCF. La gare de triage de Woippy va nous donner sa vêture professionnelle », se félicite David Mazuy.

À la fin de l'année, un pressing, contigu aux locaux, devrait voir le jour. Il sera ouvert à tous. « Les gens pourront se garer juste en face. On proposera de l'aqua lavage », précise David Mazuy.

« L'ambiance, ici, est calme », apprécie Wahida, qui travaille en Esat depuis 1988 et a, elle aussi, eu envie de rejoindre l'équipe de la blanchisserie.

 
800 000 C'est, en euros, le montant de l'investissement réalisé par le Comité mosellan de sauvegarde de l'enfance et de l'adolescence (CMSEA), gestionnaire de l'Esat, pour la zone d'entretien du linge.
 
La blanchisserie s'est équipée d'un logiciel de traçabilité du linge. Cet outil permet d'éviter la perte de vêtements, facilite la facturation et peut aider des travailleurs à se repérer pour savoir dans quel bac déposer le linge.
Article du Républicain Lorrain paru le 29 juin 2018
Photo Karim SIARI
Rédacteur : Gaël CALVEZ
Retour
Partenaires
CDARSDDCSPJJEDUCATION NATIONALEMETZ