Prévention spécialisée

Redonner du souffle aux quartiers

Redonner du souffle aux quartiers

03 Septembre 2018
Carrière-Wheneck, cité du Furst : des quartiers dits défavorisés à Saint-Avold et Folschviller. À ce titre, ils entrent dans le cadre de Politique de la ville. Mais quel est ce dispositif et comment s'applique-t-il ?


« En installant nos bureaux au quartier Carrière-Wenheck, l'idée était notamment d'être au plus près des habitants. D'être constamment sur le terrain », explique Abdelghani Bouraine, en charge du dispositif Politique de la ville à la communauté d'agglomération Saint-Avold Synergie.
Ces contrats qui ont succédé aux contrats urbains de cohésion sociale (Cucs), sont établis à partir d'un projet de territoire élaboré dans un cadre intercommunal, mêlant étroitement les dimensions sociale, économique et urbaine. Ils mobilisent l'État dans ses différentes composantes, ses établissements publics et les collectivités territoriales. Il s'agit de créer une politique de cohésion urbaine et de solidarité envers les quartiers les plus défavorisés. L'objectif est la restauration de l'égalité républicaine et l'amélioration des conditions de vie des habitants.
Concrètement, sur le terrain, cela passe par des appels à projets. « L'enveloppe annuelle provient de l'État et elle est redistribuée localement », souligne Abdelghani Bouraine. Les projets sont variés, de l'équipe de prévention spécialisée du CMSEA (Comité mosellan de sauvegarde de l'enfance, de l'adolescence et des adultes) à Démos (Dispositif d'éducation musicale et orchestrale à vocation sociale), en passant par l'achat d'une trentaine de MP3 pour équiper des laboratoires de langues dans les établissements scolaires, etc. (lire par ailleurs en page 19).
Focus sur le Furst
Le centre social Audaces's est porteur de projets pour le quartier du Furst (à cheval sur Folschviller et Saint-Avold). Avec le dispositif Hors les murs, Audaces's rencontre les habitants dits invisibles. « Il s'agit de savoir à quel moment les habitants vont s'investir pour transformer la participation citoyenne en action citoyenne. C'est-à-dire : s'impliquer, prendre part au cadre de vie », résume Tony Vecchio, directeur du centre social. Le financement des projets est une chose : « C'est politique, c'est accepter ou non ». En revanche, sur le terrain, la plus-value doit être constante.
« C'est véritablement une co-construction puisque le citoyen amène son propre regard pour faire évoluer les actions ! Il s'agit d'apporter des solutions, de travailler ensemble, en réseau. » Une nécessité quand être en Moselle-Est signifie aussi « être le parent pauvre de Metz ». « Nous sommes des techniciens, nous cherchons et donnons des outils mais tout part de l'habitant », insiste Tony Vecchio.
Photographie de la population
« Le Furst compte une grande population de mamans isolées qui élèvent seules leurs enfants. La précarité explose avec des pertes d'emplois (Neuhauser n'est plus une possibilité de trouver un travail), l'intérim transfrontalier en berne… Et la population souffre de problèmes de mobilité : la desserte de transports n'est pas idéale. La population se transforme dans le quartier : de grandes familles en difficultés arrivent. Et si cela continue, les gens solvables vont partir. Il n'y aura donc plus de panachage et tout le monde va en pâtir. C'est en ça que le dispositif Politique de la ville est essentiel : il ne faut pas que les quartiers deviennent des verrues où les habitants sont stigmatisés. Lorsque des quartiers ont de gros manques, c'est tout le territoire qui est tiré vers le bas », conclu Tony Vecchio.
L'objectif de Politique de la ville est la restauration de l'égalité républicaine et l'amélioration des conditions de vie des habitants.
Article et photo du Républicain Lorrain paru le 03/09/2018

 
Retour
Partenaires
CDARSDDCSPJJEDUCATION NATIONALEMETZ