Inclusion sociale

Le Point accueil écoute jeunes et parents à l'honneur dans le Républicain Lorrain

Le Point accueil écoute jeunes et parents à l'honneur dans le Républicain Lorrain

26 Janvier 2021

Point accueil écoute jeune et parents : « Maintenir le lien à tout prix »

Dans un contexte anxiogène, le Point accueil écoute jeune et parents (PAEJP) a un rôle primordial à jouer pour accompagner une jeunesse en situation de mal-être. Les éducateurs sont à l'écoute des 10-25 ans ainsi que de leur entourage sur des problématiques liés à la scolarité, à la famille, aux conduites à risque.

À Forbach, le Point accueil écoute jeune et parents reçoit les jeunes âgés de 10 à 25 ans ainsi que leur entourage pour des questionnements ou des difficultés liées à la scolarité (absentéisme, difficultés de comportement, mal-être…), aux relations familiales, aux conduites à risques, à la sexualité, à l'isolement social. Des rendez-vous gratuits et anonymes.

« Donner des clés de compréhension »

« Notre mission est d'accueillir, d'évaluer, d'accompagner et d'orienter les jeunes vers le service compétent pour une prise en charge spécifique à long terme. Nous n'avons pas de recette miracle. L'objectif est d'aider les parents et leurs enfants à construire leur propre solution, à rétablir une relation apaisée et non violente. On donne des clés de compréhension aux adultes par rapport à leur ado », explique Frédéric Kaleta, chef des services PAEJP et En Amont. Ce dernier étant plus axé sur la prévention des conduites à risque et addictives. « Notre équipe assure également des consultations jeunes consommateurs pour les personnes consommatrices de produits comme le cannabis, l'alcool. »

Ouverte depuis avril 2000, la structure est installée au 12, place Robert-Schuman, dans une aile de la gare SNCF. « Il ne faut pas hésiter à venir. Nous tenons une permanence le mercredi de 13 h à 17 h, le reste du temps nous sommes disponibles sur rendez-vous. Nous nous déplaçons également. »

« Les jeunes vont moins bien »

Quels effets la crise sanitaire a-t-elle sur la fréquentation du PAEJP ? « L'activité ne s'est pas arrêtée en 2020 même pendant le confinement, rappelle le chef de service. Nous avons continué à maintenir le lien avec les jeunes notamment par un éducateur virtuel disponible via les réseaux sociaux. En moyenne, nous suivons une soixantaine de jeunes et une trentaine de familles à l'année. »

Dans le contexte actuel, particulièrement anxiogène, le PAEJP a un rôle majeur à jouer. « Ces derniers temps, on sent que les jeunes vont moins bien, la période est très compliquée pour eux. Ces dernières semaines, nous avons pas mal de situations de mal-être, de problèmes d'angoisse, d'anxiété, de sommeil. Les services de psychiatrie sont saturés et notre antenne permet de proposer un espace d'écoute le temps qu'ils accèdent à un dispositif plus spécialisé si nécessaire. Nous sommes un lieu d'écoute auquel les jeunes peuvent se raccrocher », insiste Lionel Dieny, directeur du Centre Les Wads-CMSEA qui chapeaute le point d'accueil. Les professionnels s'attendent à une demande accrue de soutien dans les mois à venir. « La question de santé mentale devient récurrente. Il faut qu'on s'en préoccupe et que le PAEJP soit soutenu et dispose de moyens pour permettre la parole. »
À droite, Frédéric Kaleta, chef du service, aux côtés de Lionel Dieny, directeur du centre Les Wads. Photo RL /Stéphane STIFTER
Article du Républicain Lorrain paru le 25/01/2021

Retour
Partenaires
CDARSDDCSPJJEDUCATION NATIONALEMETZ