Handicap

Le DITEP du Château de Lorry à l'honneur dans le Républicain Lorrain

Le DITEP du Château de Lorry à l'honneur dans le Républicain Lorrain

17 Décembre 2019

La médiation animale, douce thérapie auprès des enfants


En novembre 2018, le Ditep Sessad du château de Lorry, géré par le CMSEA, a mis en place une médiation animale. Suite au départ de la salariée, l'établissement a désiré remettre en place celle-ci en faisant appel à une intervenante extérieure.
 

Sylvie, médiatrice animale, depuis trois ans, dispense deux séances tous les mercredis matin à raison d'une heure, à deux groupes de trois élèves choisis par l'établissement.

Un binôme

Sylvie gère les relations entre le chien et l'enfant. Valentin, éducateur spécialisé, a la connaissance des élèves. La séance se déroule en deux temps. Le premier a lieu dans une salle pour se familiariser avec l'animal, échanger des discussions sur ses caractéristiques et les écrire. Le second est destiné aux exercices variés à l'extérieur derrière le gymnase. « Un temps d'ancrage, le but est de faire la transition, puis la séparation », a précisé Valentin.

Les bienfaits de la médiation animale ?

Valentin  : « Le côté non jugeant de l'animal. Les enfants ont peur du jugement, de la séparation avec les gens. Un chien est hyperavenant et on a l'impression d'être accepté. C'est aussi ne pas se fâcher avec l'animal, apprendre la bienveillance. Le chien permet de travailler tout ça. On fixe des objectifs afin de les sortir de leur bulle. Ça les oblige à verbaliser, s'entraîner, bouger, s'investir. Une façon de les valoriser et leur faire confiance dans la façon de gérer le canidé. »

Sylvie  : « C'est une activité qui sert aux autres. Un travail par la communication, la cohésion du groupe. Chaque enfant a un profil particulier, donc je m'adapte.

On chasse ainsi les a priori, Loli (surnom donné par les enfants) est une petite femelle, Aragorn chien noir fait peur. On essaie de mettre en mots, leurs émotions par des qualificatifs du chien. Ils sont tous positifs. »

Valentin a conclu : « C'est beaucoup plus simple avec un chien, l'enfant verbalise tout. Ils ont décidé de créer des cartes Pokémon version chiens. »

Deux chiens

Sylvie est accompagnée, tour à tour de Lolibess, berger australien de 2 ans, et Aragorn, hovawart de 8 ans (race ancienne allemande). Cette dame a craqué, il y a quelques années, devant cette boule de poils que la SPA d'Arry avait recueillie suite à un transfert d'un refuge du sud de la France en Moselle.

Article et photo du Républicain Lorrain parru le 16/12/2019

Aragorn apprécie les caresses de Flora
 
Retour
Partenaires
CDARSDDCSPJJEDUCATION NATIONALEMETZ